CRÉATION 2019
extraits travail création en duo jonglage / musique Quentin Brevet / Lionel Rolland
Équation

Drôle d'Équation ?

Une drôle d’équation pour un juste résultat."

Lionel Rolland: Oud et guitare 8 cordes / Quentin Brevet: Jonglage

"Cette future création, c’est un peu à l’ image de la rencontre de Quentin et Lionel. Entre la toute première fois ou ils ont joué ensemble, il y a bien 3 ans, et le vrai début de leur travail,  ce sont des péripéties et autres choses "pas à la bonne place" qui les ont "empêchés" de démarrer ce duo. 

Sur scène, c’est un peu ça. C’est tout d’abord une apparente impossibilité de rencontre, dû à un terrain de jeu au dénuement peu inspirant. Puis, après une tentative d’installation, faite de détours et d’insatisfactions communes, finit par se produire un premier rapprochement des deux bonshommes. Bientôt, apparaissent étonamment d’autres points d’accroche. Un réèl plaisir à jouer ensemble allant ainsi jusqu’à montrer le bout de son nez.

Enfin, la musique nait des balles, le jonglage passe même par les instruments... Pour que, finalement, chacun (re)trouve sa vraie place.

"J'ai toujours aimé mêler la musique avec d'autres pratiques artistiques : le dessin, parfois animé, la vidéo, la danse, les textes... Je m'étais rapproché une fois du jonglage de Quentin lors d'une journée de pratique commune. Son jonglage est pour moi naturellement source de musique. Parfois sonore, très dansé, ou bien des « motifs » jonglés qui durent, me font venir facilement des idées de mélodies.

Les connexions possibles entre les notes et les balles (ou autre objet volant) se créent un peu « sur un fil » : Cela demande beaucoup de concentration, d'attention et d'écoute / observation de l'autre. C'est, pour moi, ce qui sera grisant dans ce projet"

Lionel Rolland

Les impossibles

"Musiques

d'après les tableaux de Jacques Flacher."

 

Lionel Rolland:  Guitares 8 et 9 cordes / 

"Promenade dans l'univers du peintre grâce à la musique.
Un projet peut être utopique, presque impossible ?
Mais comme le dit si bien Jacques Flacher, ce qui compte c'est d'avoir toujours et encore ce désir de tenter l'impossible ou ce qui le paraît. Sans savoir vraiment si l'on va réussir. C'est le premier élan qui l'emporte, comme vouloir résoudre un mystère.
C'est bien la vraie raison (la seule ?) qui pousse à la création."

 

 

 

Les tableaux de Jacques Flacher demandent à être regardés longtemps.
Au premier regard, on perçoit beaucoup de douceur.
Puis, petit à petit, la scène générale se révèle.
C'est alors que d'autres zones, de nouveaux reliefs, (formes, arbres, murs, personnages...) se dévoilent, au fil du déplacement du regard dans le tableau. Un peu comme lors d'une mise au point photographique qui ne se terminerait pas ; Comme si l'oeil  continuait cette balade dans « la profondeur de champ ».

LE PEER DES TROIS

d'après Ipsen et Grieg

Jean-François BIDET : Bandonéon , adaptation

Alain SALLET : Danse, Texte

Lionel ROLLAND : Oud

Peer Gynt est un vaurien à l’égo démesuré, égoïste, menteur, rusé, lâche ….pourtant sous cette apparence se cache une personne en quête d’identité pour parvenir à une rédemption in extremis. Il nous entraîne dans son tourbillon de vie à réfléchir à la tyrannie du convenable.

Partager cette œuvre musicale et littéraire, universelle et populaire, est la motivation principale des 3 artistes qui proposent une relecture originale du conte philosophique d’Ibsen mis en musique par Grieg. 

© 2016 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube