00:00 / 00:52
00:00 / 01:36
00:00 / 01:14

Une traversée aléatoire du recueil de Fernando Pessoa en voix -Thierry Küttel, et en musique - Lionel Rolland

 

"Plutôt le vol de l’oiseau, qui passe et ne laisse pas de trace,

Que le passage de l’animal qui reste rappelé par le sol.

L’oiseau passe et s’oublie, et c’est fort bien ainsi.

L’animal, là où il ne se trouve plus et où par conséquent il ne sert plus de rien,

Montre qu’il s’y est trouvé, ce qui ne sert à rien de rien.

 

Le souvenir est une trahison envers la Nature,

Parce que la Nature d’hier n’est pas la Nature.

Ce qui fut n’est rien, et se rappeler c’est ne pas voir.

 

Passe, oiseau, passe, et apprends-moi à passer !"

 

Fernando Pessoa (1888 / 1935)

Le gardeur de troupeaux

© 2016 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube